La Binouze: plus de 600 références de bières venues du monde entier

Vendredi 16 février 2018

Nous avons (une nouvelle fois) rendez-vous rue de Rochechouart, dans le 9ème arrondissement de Paris. Benjamin nous reçoit dans sa cave à bières créée en 2015, la Binouze.

 La Binouze 72 Rue de Rochechouart, 75009 Paris – 09 53 17 23 18


MW : Parle-nous un peu de ton parcours

B : J’ai fait des études de commerce en alternance, dans le domaine du webmarketing ; j’ai d’abord bossé sur un projet d’e-shop, puis je me suis vite orienté sur la bière, par passion, et j’ai finalement eu l’opportunité d’ouvrir une cave en 2015, puis une deuxième tout récemment.

MW : Quel est le concept de la boutique ?

B : La Binouze est à la fois une cave, et un « bar à bières » où l’on fait de la petite restauration, avec une terrasse. Le côté bar rend le lieu plus vivant, c’est complémentaire de l’offre de cave, les clients sont très contents de venir se poser et boire un verre.

MW : Parle-nous de la gamme

B : Elle tourne beaucoup, il y a 600-700 références, avec une belle partie de bières françaises artisanales, de l’Ile-de-France notamment, venant de brasseries locales donc, comme la brasserie du Grand Paris, la brasserie de la Goutte d’Or, O’clock Brewing à Bois d’Arcy, etc. On a pas mal de bières de type « craft », artisanales elle aussi, des européennes : anglaises, danoises, suisses, espagnoles, italiennes, etc. mais aussi des américaines, des canadiennes et des japonaises. On fait aussi quelques « classiques », qui permettent de faire le pont avec les nouveautés pour les consommateurs plus « traditionnels » : trappistes, bières d’abbaye, lager, pils, des belges, des allemandes, etc. On propose également du cidre artisanal, la ferme du Vatel, tout en bio, du basque avec Kupela, du parisien avec Appie, des produits très intéressants. Enfin, quelques vins bios et quelques spiritueux d’importateurs indépendants (whisky, rhum, gin, mezcal, saké) viennent compléter la gamme.

La Binouze - Paris

MW : Comment sélectionnes-tu les produits ?

B : Il y a pas mal de démarchage, avec parfois de belles surprises. Mais, globalement pour les choses les plus intéressantes, il faut se bouger et aller vers les producteurs.

MW : Quels sont tes coups de cœur ?

B : La bière Popihn ! C’est très bien fait, les brasseurs bossent bien, c’est innovant, très intéressant et surtout très très bon.

MW : Qui sont tes clients ?

B : Il y a les gens du quartier, mais aussi des amateurs qui viennent de plus ou moins loin, dont pas mal de touristes, américains et canadiens notamment, des gens avec une vraie culture bière.

MW : Tu organises des événements ?

B : Oui ! J’en fais pas mal avec des brasseurs, deux par mois en moyenne, avec dégustation, mais aussi pour des événements particuliers, comme la Saint-Patrick.

C’est une composante très importante de la vie de la cave, on ne peut pas passer à côté, ça permet d’entretenir un vrai lien avec les clients.

La Binouze - Paris

MW : Tu as l’air très content de faire ce que tu fais

B : Franchement c’est fun, et j’adore la bière ; quand on aime le produit c’est facile de proposer, d’expliquer, d’en parler ; il y a un côté détendu, c’est un produit de fête, c’est ça qui me plaît.

MW : Tu as des projets ?

B : On a ouvert récemment la deuxième boutique, rue de Paradis, et donc pourquoi pas une troisième ? Enfin, on va d’abord faire progresser la deuxième, le business n’est pas si évident que ça, le panier moyen est assez faible, et la bière reste moins prisée que le vin, même si ça progresse.

MW : Un dernier mot pour nous parler de tes vitrines ?

B : Je les change tous les 10 jours, en mettant à l’honneur certains produits, ou en fonction des fêtes, des saisons, etc. Je ne me rends pas bien compte de leur impact, ce serait intéressant de pouvoir le mesurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *